Pesée de la semaine dernière et réflexion

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;
mso-ascii-font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family: »Times New Roman »;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Résultat : +2,7

Réflexions en vrac

C’est difficile ces temps-ci. Pour une tonne de raisons aussi mauvaises les unes que les autres. Disons-le, ce sont des excuses. J’ai enfin franchi le 200 lb et depuis, on dirait que je bloque. Comme si je ne m’imaginais tellement pas atteindre enfin ce poids-là que ça me semble encore plus inimaginable de le garder, et quoi dire que de descendre en bas de cette frontière!

Côté exercice, ça va super bien. Je fais mon Powerfit, mon Zumba et mon Kinball et j’adore ça. Ce n’est pas une corvée d’y aller. Je suis inscrite au 5 km du Marathon d’Ottawa, au 50 km à vélo du tour de l’île et probablement au Relais pour la vie de Blainville. J’ai hâte de me remettre à courir à l’extérieur et je sais que je serai capable de remplir ces défis. Par contre, je n’ai pas adapté à mon alimentation à mon nouveau mode de vie. J’ai toujours faim. Je sais que je dois manger après m’être entraînée, surtout des protéines, mais comme la plupart de mes cours sont le soir et terminent vers 21 h et 21 h 30, je n’ai pas vraiment faim et je n’ai qu’une envie : douche et dormir puisque je me lève à 4 h 45 le lendemain. C’est la journée suivante que les rages de bouffe m’envahissent et sont difficiles à contrôler. Je dois régler ça et adapter mon alimentation à mon activité physique.

D’ailleurs, je dois régler quelque chose dans mon alimentation. En essayant de perdre une mauvaise habitude, j’en ai créé une autre. Alors je ne buvais pratiquement pas de boisson gazeuse auparavant, je me suis mise à en boire pendant le temps des fêtes pour manger moins de sucré. Cela a fonctionné sur le coup, mais depuis, j’ai comme une dépendance aux boissons gazeuses diètes et ça entraîne des rages de sucre difficile à contrôler. Je n’en ai pas bu depuis vendredi et je me sens vraiment en sevrage. Ça ne sert à rien de remplacer une nouvelle habitude par une autre, même si elle est moins dommageable pour ma perte de poids. Donc, j’élimine ça de mon alimentation!

De plus, depuis un certain temps, on dirait que j’ai une attitude de tout ou rien, alors que je n’avais pas ça avant. J’ai toujours mangé plus les fins de semaine que la semaine, c’est pour ça que ma pesée est le vendredi, ça me permet de contrôler les dégâts. Par contre, ces temps-ci, on dirait que je me dis que ça ne vaut pas la peine pendant la semaine puisque j’ai gâché ma fin de semaine. Pourtant, je le sais que ce n’est pas vrai. J’ai toujours fonctionné comme ça et j’ai quand même perdu 50 lb.

Je suis fatiguée aussi. Je trouve que j’en gère beaucoup. M. X donne des cours de ski le dimanche et suit lui-même des cours à l’université le mercredi et le vendredi soir. Donc je suis seule avec Bébé J. ces journées-là. Les autres soirs, il arrive rarement avant 19 h 30, je dois donc quand même gérer la routine et les repas. Quand j’arrive avec Bébé J. à 17 h 30, j’ai l’impression qu’une épreuve m’attend. Entre l’envie de faire un repas facile et de passer du temps avec Bébé J. qui se couche tellement tôt, et de faire un repas plus élaboré (avec tous les groupes alimentaires), alors que ma fille veut toute mon attention et que je dois gérer les pleurs, je trouve ça difficile. J’essaie de prévoir à l’avance, de préparer le plus de choses la veille ou la fin de semaine, mais ce n’est jamais assez on dirait. Puis, une fois qu’elle est couchée, que la cuisine est ramassée, j’ai juste envie de m’écraser et de passer du temps à faire quelque chose que j’aime.

Pourtant, je me regarde dans le miroir et j’aime ce que je vois et, surtout, ce que je suis en train de devenir. Même si ce n’est pas encore tout à fait ça, je vois le potentiel. Je vois mes cuisses qui s’éloignent l’une de l’autre, mon nombril qui remonte, mes seins qui disparaissent (bon, ça on s’en passerait!), ma peau qui semble vouloir reprendre sa place sans trop rouspéter. J’aime tout ça, je dois seulement m’accrocher, continuer mes efforts. C’est une mauvaise passe, et, comme les autres, elle passera. Je dois juste m’assurer d’apprendre quelque chose de cette passe pour éviter qu’elle frappe moins durement la prochaine fois. Car il y aura des prochaines fois. Je suis humaine.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;
mso-ascii-font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family: »Times New Roman »;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Pesée de la semaine

Résultat : +1,6

Je suis déçue. Mais pas à cause du plus, à cause de sa raison. Mercredi, tout allait bien. J’avais une semaine parfaite côté nourriture et j’avais fait quand même beaucoup de sport (beaucoup de neige à pelleter). J’ai fait la gaffe de monter sur la balance mercredi matin. Une grosse gaffe. J’y ai vu un moins, mais un moins que je ne considérais pas à la hauteur de mes attentes et de tous les efforts que j’avais faits. C’est ridicule, et moi-même je me trouve ridicule. Résultat? J’ai dérapé. Pendant deux jours, j’ai dérapé. Donc, non seulement je n’ai pas eu de petit moins hier matin, mais j’ai eu un plus.

Pourtant, je me connais. Je ne dois pas me peser tous les jours. Ç’a été une clé de ma réussite jusqu’à maintenant. Une pesée, une fois par semaine, pas plus. On dirait pendant le temps des fêtes que le fait de voir ma balance à côté de mon lit, et surtout d’avoir le temps de l’utiliser puisque je suis en vacances, a fait en sorte que j’ai repris cette mauvaise habitude. Après ma pesée d’hier, je l’ai cachée sous mon lit et elle n’en ressortira que vendredi prochain.

Je sais que pour certaines personnes, se peser tous les jours intéressants. Si elles voient un plus, ça les motive à redoubler d’efforts et si elles voient un moins, ça les incite à continuer sur cette voie. Moi, ça a plutôt l’effet contraire. Si c’est un plus, je me dis que je fais ces efforts-là pour rien, et si c’est un moins, soit je suis déçue parce qu’il n’est pas à la hauteur de mes efforts ou soit je me relâche.

Bizarrement, quand je me pèse juste une fois par semaine, je suis rarement déçue d’un moins, aussi petit soit-il. Donc, de retour à la méthode qui fonctionne pour moi. Une fois par semaine, pas plus!

Pesée de la semaine

Résultat : +0,1

Aussi bien dire, pas de changement. Je suis contente. Ma semaine de retour sur les rails a été pleine de hauts et de bas, de prises de conscience, d’essais et d’erreurs. Dans les circonstances, je suis heureuse de ce résultat. Aussi, j’ai repris ma bonne habitude de me peser une seule fois par semaine. Ça m’empêche d’avoir des pensées négatives quand je vois un mauvais résultat à mi-parcours qui me donne envie de tout laisser tomber.

Cette semaine sera une sorte de test pour moi. Aujourd’hui, j’ai mon dîner souper de bureau (resto), demain, c’est le brunch au travail de mon chum (chocolatine et cie), dimanche, party de famille pour fêter des anniversaires (chips et gâteau à volonté) et jeudi prochain, dîner communautaire à mon travail.

J’ai déterminé cette semaine que j’avais plus de satisfaction à perdre du poids et à arriver à un résultat intéressant, que de satisfaction à manger immédiatement ce qui me nuira plus tard. J’espère que je saurai faire les bons choix.

Par exemple, je sais que plusieurs personnes apporteront des cochonneries aujourd’hui puisque le dîner est seulement à 14 h. Mais j’ai prévu le coup et je m’apporte quelque chose pour moi pour tenir le coup.

Je suis forte!

Pesée de la semaine

Résultat : +3,8

Je m’y attendais, j’ai eu une très mauvaise semaine. On dirait que chaque grosse étape est suivie d’une semaine à oublier. Je suis tombée dans les cochonneries presque tous les jours, sans pouvoir m’arrêter. Je me voyais aller et j’essayais de me raisonner et c’était plus fort que moi on dirait. J’ai fini par comprendre pourquoi. Je ne dis pas que ça va tout régler, mais ça me permet de mettre le tout en perspective. Personne n’a dit que ça serait facile. Je sais que je vais y arriver, même si je dois tomber parfois. Pour les prochaines semaines, je ne m’attends pas à des pertes, mais je souhaite seulement maintenir. J’ai mon plan de match, surtout que ça va être surtout des buffets. Je vais y arriver, je veux y arriver. En attendant, j’ai hâte de voir la figure de M. X demain quand je vais mettre ma robe noire achetée pour son party de bureau, lui qui ne m’a pratiquement jamais vue en robe.