Confessions of a Shopaholic

shopaolicRebecca Bloomwood est une journaliste spécialisée dans la finance. Elle explique comment gérer son argent au quotidien, mais passe sa vie à dépenser le sien dans les boutiques. Ceci la plonge dans une situation précaire qu’elle cherche à cacher à son patron, dont elle tombe amoureuse.

Premièrement : si je dis le nom du film en anglais, il y a de fortes chances que je veuille un billet pour la représentation en anglais. À la limite, il s’agit de vérifier avec moi, mais pas de me donner un billet pour le film en français. Et surtout, ne pas me spécifier qu’il n’y a pas de sous-titres. Je le sais. Je vais à ce cinéma justement pour les versions originales anglaises. Et ce n’est pas parce que mon accent en anglais est pourri, que je ne comprends pas l’anglais. (Bon, ok, je suis consciente qu’il doit y avoir des gens qui causent des problèmes à la personne au guichet parce que ce n’est pas sous-titré, et tout le tralala… mais ça fait du bien quand même ;))

Sinon, je ne m’attendais pas à grand-chose, puisque les critiques pour le film avaient été plutôt tièdes. Déjà, j’étais déçue qu’on transpose Becky à New York, même si ça ne changeait rien à l’histoire. Par contre, Isla Fisher, que je ne connaissais pas avant, est parfaite dans ce rôle! Vraiment, elle est comme j’imaginais Becky. Luke n’est pas comme dans les livres, à mon avis, il est édulcoré, il fait surtout dans la figuration, il n’a plus autant de caractère. Le film est cute et rose bonbon à souhait, il m’a semblé plutôt inspiré des livres, plutôt que d’en être une adaptation. Un film de filles qui fait passer un bon moment.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s