Tout est parfait… ou presque

Quelques semaines après le suicide de leur ami Sacha, trois adolescents de 16 ans, Thomas, Alex et Simon, s’enlèvent la vie. Dans leur banlieue industrielle sous le choc, ainsi qu’à l’école secondaire qu’ils fréquentaient, tous se demandent si Josh, le plus proche ami des quatre défunts, savait quelque chose de ce pacte de suicide et connaissait les raisons pour lesquelles ses auteurs ne se sont pas justifiés par lettre. Avare de réponses, le garçon se replie sur lui-même, refuse la main tendue de ses parents et du psychologue de l’école, ne baissant la garde que devant Mia, ex-petite amie de Sacha, et Henri, le père de Thomas. Auprès d’eux, les souvenirs des événements qui ont précédé le drame ressurgissent dans le désordre.

J’ai gagné des billets pour aller voir ce film, qui m’intéressait tout de même, mais j’aurais probablement attendu la sortie en dvd pour le regarder. À la base, l’histoire n’est pas joyeuse, on ne s’attend pas à rire et j’ai attendu longtemps avant d’aller le voir. Attendu d’être dans de bonnes dispositions. Ce n’est pas le genre de film à voir quand on a une petite baisse de moral.

J’ai trouvé les acteurs plutôt bons. Certains ne m’ont pas convaincue qu’ils pouvaient être « réellement » leur personnage. Je crois que c’est plutôt une erreur de casting qu’un manque de talent. Je pense ici au psychologue, aucunement crédible, et à Claude Legault, qu’on a de la difficulté à voir comme le père d’un jeune de presque 18 ans. De plus, les nombreuses scènes de nudité n’apportaient généralement rien à la trame narrative.

Il y a quand même eu de bons moments. Les retours à l’arrière nous aidaient à comprendre le monde intérieur de Josh et le poids qu’il portait.

Finalement, je dirais que ce qui m’a touchée, c’est l’histoire, derrière l’histoire : le fait que cela puisse arriver pour de vrai. Le suicide est un sujet qui me touche, mais le film en soi m’a laissée de glace.

2 réflexions au sujet de « Tout est parfait… ou presque »

  1. Oui, c’est vrai que certains films et livres sont plutôt négatifs… Pour moi c’est a cause de ça que je lis peu. Parce que je peux pas me permettre qu’un livre me baisse le moral! En Russie le taus des suicides est le 1er au monde… On en parle beaucoup récemment. Sinon je ne dirais pas que ce soi un thème populaire pour des films et des livres (sur le coup je peux pas me rappeler un).Je me rappelle un film de production canadienne qu’une prof de l’anglais nous a montré à l’université. Il s’appelait l’Eléphant. Il racontait une histoire vraie de deux garçons qui ont tué des étudiants et des professeurs de leur école et puis ils se sont tués. C’était terrible à regarder. Je comprends pas pourquoi on fait des films comme ça, qu’est-ce que ça change?

    J’aime

  2. Je ne crois pas que ces films soient tout à faire inutiles. À mon avis, ça sert à rappeler aux gens que ces choses existent et qu’il ne faut pas les oublier, même si ça semble loin de nous.Dommage que tu t’empêches de lire par contre, il y a des tas de livres qui rendent heureux et qui sont légers 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s